P P H S N - R O S S P 

Pacific Public Health Surveillance Network 

Réseau océanien de surveillance de la santé publique

           
 

 

 

Contexte

 

En général

POURQUOI LA SURVEILLANCE DE LA SANTE PUBLIQUE?

 

La situation en Océanie

Tous les États et territoires océaniens conduisent des activités de surveillance de la santé publique et communiquent les données ainsi recueillies à des organismes régionaux et internationaux tels que l'OMS, l'UNICEF, la CPS, le PNUD, le FNUAP et les Centres pour la prévention et la lutte contre les maladies (CDC) aux États-Unis d'Amérique. Chaque État et territoire a un système propre de collecte, de traitement, et de déclaration. Plusieurs problèmes ont été relevés à cet égard. Ce sont les organismes internationaux qui ont défini la plupart des indicateurs figurant sur les listes de surveillance. Les données recueillies sont collationnées dans une certaine mesure à l'échelle régionale, mais à défaut de réelle intégration ne sont pas à même de donner une image précise des besoins et priorités régionales. Les organismes d'aide au développement ne coordonnent pas toujours les actions de formation dont ils font bénéficier les différents pays, en matière de collecte, d'analyse et d'interprétation des données de qualité, et qui ne correspondent pas toujours aux besoins spécifiques de la région.

En outre, les États et territoires doivent faire face à une forte demande d'informations concernant un grand nombre d'indicateurs, d'autant que la forme sous laquelle ces données sont demandées est différente pour chacun des organismes intéressés. Les États et territoires sont prêts à admettre qu'il leur est difficile de fournir des données de qualité compte tenu du nombre de requêtes reçues, et que les informations communiquées sont donc d'une utilité limitée pour la prise de décision et les actions à conduire à l'échelon local et régional. Les divers organismes concernés sont eux aussi bien conscients de ces restrictions, et tendent à publier les données obtenues avec les réserves qui s'imposent quant à leur qualité.

Pour résoudre ces problèmes, Le Secrétariat Général de La Communauté du Pacifique (CPS), l'OMS et l'UNICEF ont organisé conjointement la Conférence inter-organisations sur les besoins d'information sanitaire dans le Pacifique Sud, qui s'est tenue en décembre 1995 à Nouméa (Nouvelle-Calédonie) et a rassemblé des représentants des trois organisations en question, des professionnels de la santé de 5 États et territoires membres de la CPS, et des spécialistes de la surveillance des maladies. 

Lien vers le Rapport de la Conférence inter-organisations sur les besoins d'information sanitaire dans le Pacifique Sud. Nouméa, Nouvelle-Calédonie, 4-7 décembre 1995

Plusieurs interventions à court terme ont été envisagées afin de limiter le volume des requêtes présentées aux États et territoires en matière de données. Mais au premier chef, c'est une stratégie d'amélioration des activités de surveillance qui a été arrêtée, afin que des informations de qualité puissent faciliter la prise de décision et l'action à mener dans les pays de la région. La création d'un réseau régional de surveillance de la santé publique faisait partie de cette stratégie dans la région. C'est ainsi que le groupe de travail océanien de surveillance de la santé publique a été mis sur pied, pour étoffer et mettre en œuvre les recommandations adoptées lors de cette conférence.

Le mandat du groupe de travail océanien de surveillance de la santé publique a été officiellement défini et adopté par des pays membres de la CPS dans le cadre de la 15e Conférence régionale des directeurs de la Santé, réunie à Nouméa (Nouvelle-Calédonie) en mars 1996.

Les efforts du groupe de travail ont débouché sur l'organisation à Nouméa en décembre 1996 du séminaire océanien sur la surveillance de la santé publique, parrainé conjointement par la CPS et l'OMS, à l'issue duquel le réseau océanien de surveillance de la santé publique a été officiellement établi. Animé par les membres du groupe de travail régional, ce séminaire a réuni des représentants de tous les États et territoires insulaires du Pacifique, des organismes institutionnels et d'autres partenaires s'occupant de la surveillance de la santé publique.

Ensuite le groupe de travail devint le Groupe de coordination du réseau.

 

| Retour en haut

 

Site ROSSP développé par la section Surveillance de la santé publique et lutte contre les maladies transmissibles de la CPS avec le concours financier de la France et de NZAID (projet PREPARE)

Point de contact du Groupe de Coordination du ROSSP Contactez-nous 

Dernière mise à jour le 17/07/07 - © Copyright CPS 2002-2007